Très répandu dans les casinos, le blackjack existe depuis la fin du XVIIIe siècle : on l’appelait alors « 21 ». Mélangeant deux jeux existants, le chemin de fer et la ferme française, il devient rapidement une pratique traditionnelle dans les casinos parisiens. Depuis l’arrivée des casinos virtuels dans les années 1990 et leur développement dans les années 2000, le blackjack ne cesse de séduire un nombre toujours plus grand de joueurs : pour se lancer, il faut naturellement commencer par bien connaître les règles !

But du jeu : comment gagner au blackjack ?

Tous les joueurs, pendant une partie de blackjack, sont opposés à la banque. Chacun commence par recevoir deux cartes, puis en tire successivement de nouvelles. Il doit se rapprocher du chiffre 21 sans le dépasser.
Pour gagner au blackjack, il faut battre le croupier :
En obtenant un nombre de points supérieur à lui ;
En faisant durer la partie jusqu’à ce qu’il dépasse 21 avant les autres joueurs.
Il est important de comprendre que tous les joueurs se battent successivement contre le croupier, qui représente la banque. Ils ne jouent pas les uns contre les autres.
Lorsqu’un tirage de carte amène le joueur à dépasser les 21, il perd sa mise initiale. Dans le langage des casinos, on dit qu’il « saute » .

Comment bien jouer au blackjack ?

La composition du jeu et la valeur des cartes
Un jeu de blackjack se compose de cartes de 2 à 10 (leur valeur est similaire à celle de la carte – par exemple, le 4 de trèfle apporte 4 points). On trouve également des As qui peuvent apporter 1 ou 11 point(s), selon le choix du joueur. Enfin, le jeu de blackjack contient également des «bûches ». Ces cartes, qu’il s’agisse d’un roi, d’une reine ou d’un valet, apportent toujours 10 points.
Le déroulement de la partie
Le croupier commence par distribuer une carte découverte à chaque joueur — il en tire une visible pour lui aussi. Le croupier distribue ensuite une seconde carte découverte à chaque joueur.
Une fois que chaque joueur a deux cartes, chaque joueur a le choix : s’il annonce « Carte ! », on lui donne une nouvelle carte — il peut en demander autant qu’il le souhaite pour s’approcher de 21. S’il dépasse 21 après avoir tiré une carte, sa mise est perdue et le croupier passe au joueur suivant. Pour ne pas prendre de risque, le joueur peut arrêter de demander des cartes et dire « Je reste » avant de dépasser 21. Le croupier passe alors au joueur suivant.
Après avoir réalisé la même opération avec tous les joueurs, le croupier joue pour lui. Il tire des cartes pour atteindre un chiffre entre 17 et 21 et, s’il dépasse 21, tous les joueurs qui n’ont pas atteint 21 gagnent. En revanche, si le croupier parvient à atteindre un score entre 17 et 21, les gagnants sont ceux qui ont atteint un nombre supérieur à celui du croupier. Le croupier n’a pas le choix, il tire à 16 et reste à 17

Par exemple, si le croupier a 18, les joueurs « restés » à 17 perdent, mais ceux qui ont obtenu 19, 20 ou 21 points gagnent leur mise.

Les exceptions au blackjack

Si un joueur parvient à « faire blackjack » (c’est-à-dire obtenir 21 points en deux cartes) et que le croupier a réussi à atteindre 21 en 3 cartes ou plus, le joueur ayant fait blackjack gagne une fois et demi sa mise et le croupier gagne contre tous ceux qui ont un score égal ou inférieur à 20.
À l’inverse, si le croupier tire un As et une carte ayant pour valeur 10, il gagne contre tous ceux qui ont fait 21 avec 3 cartes ou davantage.
Il existe également 3 cas particuliers propres au blackjack :
L’assurance : quand le croupier tire un As en premier, les joueurs peuvent s’assurer contre son blackjack en payant 50 % de leurs mises. Si le croupier fait blackjack, le joueur qui s’est assuré peut perdre sa mise mais gagne le double de l’assurance initiale (il ne perd pas d’argent, mais n’en gagne pas non plus).
La situation est différente si le croupier ne fait pas blackjack. Le joueur assuré, en cas de victoire, remporte sa mise mais perd l’assurance. S’il perd, il perd sa mise et son assurance .
Le split : si un joueur tire deux cartes de valeur identique, il peut les séparer et faire deux jeux. Ce privilège a un coût : il faut doubler la mise de départ pour y accéder. Il n’y a jamais de blackjack sur un split . À noter que l’on peut même jouer sur 3 jeux, même si la règle peut être plafonnée à 2 jeux dans certains casinos.
Doubler : une fois la deuxième carte reçue, le joueur peut doubler sa mise à condition de ne prendre qu’une troisième carte seulement.

Pour conclure, on note que certains casinos appliquent strictement la législation française et acceptent l’abandon après avoir reçu les deux premières cartes. Cette pratique n’est pas toujours admise : il est préférable de regarder les règles avant une telle décision !

Afin de parfaire sa méthode au blackjack, il existe de très nombreuses stratégies : les grands passionnés s’initient à des pratiques toujours plus ingénieuses pour réussir à faire blackjack face au croupier… Mais comme toujours, impossible d’y parvenir sans un minimum d’entraînement !